Accueil » Le blog » Ça s’est passé en avril…1942

Ça s’est passé en avril…1942

Le 20 octobre 1844, les élus de Condé-sur-Noireau inaugurent la statue du Contre-Amiral Jules Dumont d’Urville décédé tragiquement deux ans plus tôt dans un accident ferroviaire entre Paris et Versailles. L’œuvre en bronze est conçue par Johann Dominik Mahlknecht, un artiste parisien originaire du Tyrol en Autriche.

Suite au décès du scientifique Charles Tellier, le 19 octobre 1913, une souscription est lancée par le docteur Paul Tariel, ami du défunt, pour la fabrication d’un buste à son effigie. Le maire de Condé-sur-Noireau, Philippe Guillouet, répond favorablement au projet. Le conseil municipal de la ville décide de renommer la « Place de l’ancienne-Halle » en « Place Charles Tellier ». Le 2ème dimanche de la foire Saint Gilles, le 11 septembre 1921, le buste en bronze de Charles Tellier, sculpté par Léopold Bernstamm, est inauguré.

En 1941, l’industrie allemande est en pénurie de métaux non ferreux, utilisés massivement pour fabriquer des armes et des munitions. Adolf Hitler lance l’opération Barbarossa, une invasion de l’URSS impliquant quatre millions de soldats qui demande un nombre considérable de munitions. Sur ordre de l’Allemagne, le 11 octobre 1941, le gouvernement de Vichy promulgue la loi sur l’enlèvement des statues métalliques en vue de la récupération de métaux non ferreux (cuivre, laiton, plomb). Les deux statues Condéennes n’échapperont pas à la règle.

Le jeudi 23 avril 1942, la statue du Contre-Amiral Jules Dumont d’Urville et le buste en bronze du scientifique Charles Tellier sont déboulonnés sous le regard médusé des Condéens.

Les bronzes sont envoyés par wagon à Pantin à la société de récupération.

Déboulonnement de la statue du Contre-Amiral Jules Dumont d’Urville

Fun fact

Quelques jours avant le déboulonnement de la statue du Contre-Amiral, quatre reliefs en bronze datant de 1844 se tenaient autour du socle en granit. Ils représentaient les principales découvertes du marin ainsi que l’épisode de l’accident ferroviaire entraînant sa mort. Mais où sont-ils passés ? Peu de gens sont au courant à ce moment-là. Sachant que les statues allaient être enlevées, les marbriers André Gauquelin et son fils Jean prennent l’initiative, avec quelques hommes, de sauver les quatre bas-reliefs en bronze. Une fois enlevés ils sont cachés dans la chocolaterie Dedeystere. Cette entreprise propriété de la famille Dedeystere, fut également une cache d’arme pour la résistance locale.

Les nouvelles statues

Un comité de reconstitution se forme rapidement sous la présidence de l’industriel Jules Lecouturier. Une souscription est lancée et le Conseil municipal décide de participer financièrement. Les photos des deux bronzes étant très nombreuses, il est décidé reproduire les monuments à l’identique mais cette fois-ci, en pierre. On fait appel au sculpteur normand Robert Delandre. Né en 1879 à Elbeuf, il sculpta de nombreux monuments commémoratifs de la guerre de 1870 et de la 1er Guerre mondiale. Nombreux furent les donateurs. Le 17 mai 1942, des quêteurs sont envoyés dans les rues de Condé afin de recueillir la participation de la population. Des dons arrivent aussi de l’extérieur : Le Marquis de Croisille, descendant directe de Dumont-d’Urville, le gouvernement de Vichy, mais également l’Association Française du Froid et le Syndicat Général de l’Industrie Frigorifique. Charles Tellier développa la première installation pouvant servir à conserver les aliments en 1869, il est à l’origine du réfrigérateur.

La statue Dumont d’Urville

Entreposée provisoirement dans les locaux de la Mairie du 6ème arrondissement de Paris (ville marraine), elle est installée à son emplacement d’origine le 4 juillet 1948. La statue est démontée en 1954 lors des travaux de la reconstruction puis installée dans le jardin de l’Hôtel-de-Ville. Il faut attendre le vendredi 25 avril 1997 avant qu’elle ne retrouve sa place originelle.

Le buste de Charles Tellier

Disposé sur socle en pierre de Caen, ce buste porte l’inscription suivante : « Charles Tellier Père du Froid – 1828-1913 ». Il représente un Charles Tellier âgé, avec le front dégarni. Un deuxième bloc de pierre sert de fond de scène au buste : son relief représente le célèbre bateau à trois-mâts, le Frigorifique. Le buste d’origine ne possédait pas ce dernier élément : il s’agissait tout simplement d’un buste en bronze installé sur un socle un peu plus haut que l’actuel. Le 30 avril 1947, le sculpteur Delandre se rend à Condé avec le buste de Tellier, pour donner ses indications pour installer le monument Tellier. Le buste de Charles Tellier est entreposé provisoirement chez monsieur André Delaunay alors que le deuxième bloc de pierre, servant de fond de scène au buste, est resté à Paris. Le buste de Charles Tellier, à titre provisoire, est installé sur la place nationale, entre le baraquement de la mairie et le baraquement des services financiers. L’inauguration du buste eu lieu 9 juillet 1948 en même temps que la Statue Dumont d’Urville. À partir de cette date le buste de Tellier voyagea au gré des plans de l’embellissement du centre-ville. En 1963, alors que le baraquement de la mairie va être démonté, le buste est installé au bord de la Druance, au carrefour de la rue de Bosny et de l’avenue de Verdun.  C’est finalement en l’an 2000 que le buste trouve sa place à son emplacement définitif au cœur du centre-ville de Condé-sur-Noireau, au Rond-point de la Victoire.

Article publié le mercredi 30 mars 2022