Accueil » Le blog » Vire, décor de cinéma

Vire, décor de cinéma

Cécile Aubry et Robert Desgrieux à la fontaine sur la place en compagnie de Henri-Georges Clouzot – Crédits : Polda/Les Collectionneurs Virois

Plusieurs scènes de Manon ont été tournées à Vire. Sorti le 9 mars 1949, ce film est réalisé par le cinéaste Henri-Georges Clouzot et a reçu le prix « Lion d’or » à la Mostra de Venise. Cette adaptation de Manon Lescaut de l’abbé Prévost est l’un des premiers succès de Clouzot après L’assassin habite au 21 en 1942 et Quai des Orfèvres en 1947. 

Quelques mots sur Manon

Ce film met en scène l’histoire de Manon Lescaut, une jeune femme accusée d’avoir collaboré avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Interprétée par Cécile Aubry, Manon est sur le point de se faire lyncher par les villageois quand Michel Auclair, un ancien membre de la Résistance joué par Robert Desgrieux vient à son secours. 

Le studio Polda et les scènes viroises

Le tournage virois se déroule les 8 et 9 septembre 1948. Le photographe auxiliaire est Daniel Urbain, le propriétaire du studio Polda à Vire. Son fils, Vincent Urbain a exhumé ces trésors et quelques anecdotes sur cette expérience unique.

« L’anecdote la plus marquante du point de vue de mon père fut celle où surpris par une explosion lors du tournage d’une scène de guerre, dans un geste réflexe, il appuya sur le déclencheur de son appareil en ratant son cadrage et sa mise au point et en poussant un « merde ! » retentissant qui fut enregistré sur la pellicule. Il fallut donc retourner la scène. Bien entendu, mon père eut droit à une soufflante de la part de Clouzot en personne ! » 

Vincent Urbain

Les 26 photographies prises par son père nous permettent de découvrir une nouvelle facette de l’église Notre Dame et du paysage virois de l’époque. 

« C’est à cette occasion que les quelques vitraux de l’église encore brinquebalants s’effondrèrent définitivement sous l’effet du souffle »

Vincent Urbain
Article publié le mercredi 22 septembre 2021