Accueil » Le blog » Une résidence artistique au DOC

Une résidence artistique au DOC

Basé à Saint-Germain-d’Ectot, le Doigts dans l’Oreille d’un Chauve (le DOC) est une salle de spectacle avec des concerts, des animations, des expositions et un café associatif. Son objectif est de faire vivre le territoire avec de la musique expérimentale. Eléonore Paysant, médiatrice socio-culturelle au DOC, Blandine Brière, artiste plasticienne et les musiciens de l’Orchestre de Musique Expérimentale du DOC (OMEDOC) nous présentent la résidence artistique de l’œuvre At work qui se jouera le 18 décembre 2021.

Découvrez le reportage vidéo réalisé par l’Office de Tourisme du Pays de Vire | Collines de Normandie :

Que propose le DOC ?

Eléonore : Ce lieu propose tous les mois une programmation artistique in situ et hors les murs ce qui permet de redécouvrir le territoire et d’apprécier des créations tout à fait improbables. La médiation est également une grande part de notre activité. Des artistes interviennent dans les classes avec des ateliers, de la pratique, des rencontres, des spectacles et des parcours pédagogiques qui s’étalent sur des années scolaires. Ils le font aussi dans des EHPAD ou des crèches. Avec notre café associatif Le SHADOC café, l’idée est de proposer des animations de tout type dans un lieu où les gens peuvent se rencontrer autour d’un verre. Nous avons pris l’habitude d’accueillir les équipes artistiques la veille des représentations dans le cadre d’un atelier de rencontre et d’échanges.

Eléonore Paysant, Médiatrice socio-culturelle au DOC

Pouvez-vous nous en dire plus sur les résidences d’artistes ?

Eléonore : Le DOC accueille en résidence des artistes qui développent une création. Ils viennent, posent leurs valises, sont là de deux jours à une semaine pour travailler et vivent au DOC avec nous. En ce moment nous accueillons l’OMEDOC. Ils sont une dizaine de musiciens à travailler à l’année au DOC. Cette semaine ils sont 4 à travailler sur la création At Work avec une artiste plasticienne qui s’appelle Blandine Brière et qui travaille la matière sonore.

Et sur cette création ?

Eléonore : Cette nouvelle création de l’OMEDOC s’appelle At work (au travail). Guylaine Causseron, chanteuse, Samuel Frin, saxophoniste, Clément Lebrun, trompettiste et bassiste et Blandine Brière, artiste plasticienne vous en parleront mieux que moi.

Clément Lebrun, Samuel Frin, Blandine Brière et Guylaine Causseron

Blandine : Dans le cadre de cette création, nous effectuons un travail de recherche auprès des artisans. On part à leur rencontre, l’idée est de créer un dialogue, un échange autour du travail et qu’ils puissent nous montrer leurs gestes. À partir de cette matière récoltée par les mots mais aussi par l’observation générale on a commencé à travailler une sorte de partition sonore à partir des gestes.

Clément : Le projet At Work c’est un projet qu’on mène depuis maintenant 1 an et demi quasiment et qui a émergé d’une envie : mettre en valeur un patrimoine un peu immatériel de chaque territoire. À partir de ça nous avons obtenu une sorte de vocabulaire de gestes avec lesquels on va écrire de la musique et imaginer des situations sonores. L’OMEDOC a ça de particulier, on a ce plaisir à ne pas nécessairement jouer de nos instruments mais jouer d’autres objets. On a pas défini, au départ, un projet très précis parce que le projet c’était aussi que les rencontres nourrissent notre projet et que le projet se fasse au fur et à mesure en fonction des échanges qu’on allait avoir. Aujourd’hui avec toute cette matière récoltée on commence à saisir des pistes d’interprétation sonore pour écrire un concert.

Qu’est-ce que les résidences artistiques apportent à l’OMEDOC ?

Clément : Avec l’OMEDOC nous avons l’habitude d’être en résidence au DOC parce que le projet est né ici. Dans ce cadre, nous avons l’opportunité de travailler avec des artistes différents comme ici par exemple avec Blandine Brière. C’est un moment où les idées se mélangent et se confrontent. Si on avait fait cette résidence à Caen ou à Paris, nous n’aurions pas pu faire ce travail sur le territoire. Le fait d’être constamment autour du DOC nous aide à travailler tous nos projets sur le territoire, que ce soit pour At Work, comme pour Cartophonie, notre projet précédent. Le DOC a cette volonté de devenir un véritable lieu de création. Nous sommes bien ici parce que nous sommes à côté de la nature et que des personnes nous encadrent parfaitement.

Pouvez-vous nous montrer un aperçu de la mise en musique d’un geste ?

Clément : Nous préférons garder la surprise pour le 18 décembre mais je vais vous donner quelques gestes que je retiens et qui sont pour moi une base de travail. Par exemple, le geste de carreleur sur la table, l’abacarage qui est le fait de couper en biais le bord d’une pièce de cuir et le plantoir qu’on a observé chez un maraîcher. On va essayé de les refaire à notre sauce. 


Le DOC, 24 rue de la Croix des Landes à Saint-Germain-d’Ectot

Article publié le mercredi 27 octobre 2021